EDUCATION
VIOLENCE DANS LE MILIEU EDUCATIF PRIMAIRE
juin 6, 2016
PAR PHILEMON HAROUNA
Défiler pour plus d'information

L'HISTOIRE CONTINUE

VIOLENCE DANS LE MILIEU EDUCATIF PRIMAIRE

La violence peut être définie comme l’utilisation de la force physique ou psychologique pour contraindre, dominer, causer des dommages ou la mort. Elle implique donc des coups, des blessures, de la souffrance. Selon l'OMS[ (Organisation Mondiale de la Sante)], la violence est l'utilisation intentionnelle de la force physique, de menaces à l’encontre des autres ou de soi-même, contre un groupe ou une communauté, qui entraîne ou risque fortement d'entraîner un traumatisme, des dommages psychologiques, des problèmes de développement ou un décès.

Qu’en est-il donc de la violence en milieu scolaire ? La violence en milieu scolaire est un problème mondial dont les conséquences sont préjudiciables aux enfants, mais aussi à l’ensemble de la société. Les enfants subissent des douleurs et des humiliations causées par la violence qui affectent leur apprentissage, leur personnalité et leurs perspectives d’avenir. En Afrique par exemple, les formes de violences les plus répandues en milieu scolaire sont les châtiments corporels et les abus sexuels. Pour l’africain l’éducation de l’enfant passe nécessairement par la bastonnade et les sévices corporels ; et c’est justement dans le primaire que ces pratiques sont les plus usitées. Au rang de ces violences, on peut noter trois formes à savoir :

  • La violence entre élèves ;

  • C’est la forme la plus récurrente. Elle s’assimile à une violence externe, hors des salles de classe ou même de l’établissement dans des endroits non surveillés. Les victimes ici sont généralement des enfants réputés «intello», «chétif», «timide», d'une «origine sociale» ou d'un «quartier» différent. Au programme, brimades, injures, moqueries, intimidations, rejets, violences physiques, rackets. Globalement, les élèves vivent un véritable enfer dans les salles de classe et dans la cour de récréation, au point de faire des cauchemars la nuit et de se rendre en cours à reculons.

  • La violence des enseignants contre les élèves ;

  • Elle est dans la majorité des cas une violence physique et psychique (cynisme, remarques désobligeantes ou dégradantes etc.). en Afrique en général et au Cameroun en particulier, les enseignants pour la plupart des cas utilisent le fouet pour se faire entendre et surtout pour se faire comprendre. Pour une leçon pas assimilée, pour une règle non respectée, pour avoir bavardé en salle, pour être arrivé en retard… sont là les exemples de raisons avancées pour porter atteinte à l’intégrité physique des enfants dans le primaire. Bien que la violence physique envers les élèves soit désormais interdite, on constate qu’il y a toujours des enseignants qui se croient autorisés à “ corriger ” des enfants, parfois même avec l’accord de leurs parents.

  • La violence liée aux limites du système éducatif ;

  • Cette forme de violence est immanente aux insuffisances du système scolaire. Le malaise dans nos écoles (Absence de structures d’encadrement pour enfants troublés du comportement, des enfants avec des difficultés d’apprentissage, nombre pléthorique des enfants dans une salle de classe, encadrement peu satisfaisant, environnement malsain etc.) sont aussi d’autres formes et sources de violences dans nos écoles primaires.

Les causes de ces violences en milieu scolaire peuvent être d’ordres multiples et liées à plus d’un facteur comme les limites du système éducatif, l’élève lui-même, la famille et la société. Ces violences entraînant de ce fait des conséquences psychologiques, physiques, comportementales, cognitives et/ ou scolaires. D’où l’importance de veiller à ce que ces violences soient éradiquées dans les écoles primaires et dans tout le système éducatif.

 


IMAGES SÉLECTIONNÉES


ARTICLES ASSOCIÉS

EDUCATION WOES AMONG NIGERIAN REFUGEES IN FAR NORTH CAMEROON
EN SAVOIR PLUS →

ARTICLES ARCHIVÉS

FILTRER

LISTE