PROTECTION DE L'ENFANT
MARIAGE PRECOCE, MARIAGE FORCE
22 juillet 2016
PAR PHILEMON HAROUNA
Défiler pour plus d'information

L'HISTOIRE CONTINUE

Le père : HAWA!

Asta: Na Am! (Réponse à un appel dans la partie septentrionale camerounaise)

Le père : je veux te faire savoir que la semaine prochaine je te marie à un de mes amis.

Asta : (Surprise) Mais papa je n’ai que 15 ans et je ne suis qu’en classe de 5e !

Le père : (D’un ton ferme et menaçant !) Silence ! As-tu quelque chose à dire lorsque je parle ? Le débat est clos ! Va retrouver ta maman à la cuisine !

 

C’est ainsi que la vie de la jeune HAWA va basculer et tourner au cauchemar. Elle est aujourd’hui mère d’un enfant et vit désormais frustrée par cette mauvaise expérience.

Plusieurs raisons poussent les parents à marier leurs enfants de manière précoce. On peut citer entre autres :

  • La pauvreté (la famille pauvre ne pouvant subsister a tous ses besoins, se voit envoyer la fille en mariage à un homme qui lui apporterait un plus) ;

  • La peur des parents (Considéré comme déshonorant que sa fille donne naissance à un enfant sans être mariée, par peur, le père envoyait très tôt cette dernière contre son gré) ;

  • Le suivisme (Aussi banal que cela puisse être vrai, certains parents envoyaient leurs filles de force en mariage parce que le voisin ou un membre de la famille en avait fait autant) ;

  • La tradition (cette vieille cause et raison évoquée par les conservateurs de la culture et tradition africaine, continue d’influencer certaines mœurs en obligeant la jeune fille à s’unir à un inconnu)

Ces quelques raisons et causes évoquées font fi de l’âge des enfants et encore moins des conséquences qui peuvent en résulter. Au Cameroun par exemple, l’âge légal du mariage est de 15 ans or la Communauté Internationale la définit a 18 ans. Ce qui fait face à un contraste juridique, car le Cameroun a ratifié la Convention Internationale sur le Droit des enfants, fixant l’âge du mariage  a 18 ans.

Ces mariages forcés, arrangés, précoces, ces mariages d’enfants ont des conséquences à n’en point douter très négatives sur l’adolescent. Pour les Nations Unies, l’adolescence est la période de vie allant de 10 à 19 ans ; « c’est donc l’âge de nouvelles expériences de toute sorte, émotionnelle, physique, sociale » comme l’a affirmé BARBARA SOW, Représentante UNFPA lors de la célébration de la Journée Mondiale de la Population 2016 dont le thème était INVESTIR SUR LES ADOLESCENTES.

Les chiffres : 20% d’adolescentes de 15-19 ans au Cameroun sont actuellement mariées, et l’Adamaoua est la Région la plus touchée par le phénomène de mariage précoce avec 39% d’adolescentes déjà mariées. Près de 25% des décès maternels surviennent chez les adolescentes de 15-19 ans ; 7000 femmes meurent chaque année soit 20 par jour, parmi lesquelles 04 adolescentes. (Selon les projections du BUCREP pour 2015) D’après les statistiques de l’UNICEF, 38% de filles sont mariées avant l’âge de 18 ans dans la partie septentrionale du Cameroun, et l’Association de Lutte contre les Violences faites aux Femmes parle de 24% de filles mariées dans le Nord Cameroun.

Les conséquences de tels mariages sont légions et ont des retombées psychosomatiques sur la jeune fille. L’adolescente physiquement n’a pas les organes matures pour une grossesse sans risque. Cela peut entrainer des fistules obstétricales ou même aller jusqu’au décès. Elle sera troublée toute sa vie parce que n’ayant pas été prête à passer à l’acte sexuel, ce qui peut entrainer plus tard la frigidité. Dans la plupart des cas, les examens prénuptiaux ne sont pas faits et la jeune fille peut contracter des IST la rendant inféconde ou même la tuer et contaminer son enfant, voire causer également son décès. D’autres conséquences encore, le manque d’éducation, le manque d’emploi, la délinquance juvénile, le tabagisme, la toxicomanie, l’alcoolisme et la prostitution pour ne citer que ces exemples.

Enfin, les résultats du sondage mené par le U-Report (plateforme d’échange basée sur la gratuité des SMS pour recueillir l’avis de la population a la base) sur les mariages d’enfants, démontrent que 90% des jeunes sont contre le mariage précoce et seulement 9% sont pour. Par conséquent, l’on peut dire au Cameroun STOP aux mariages forcés, arrangés, aux mariages d’enfants juste en s’inscrivant au 8555, gratuitement par le mot JOINDRE ; pour que les cas comme celui de HAWA ne se reproduisent plus.


IMAGES SÉLECTIONNÉES


ARTICLES ASSOCIÉS

CHILD MARRIAGE: A VIOLATION TO GIRLS’ RIGHTS
EN SAVOIR PLUS →
“INVESTING IN TEENAGE GIRLS” NGAOUNDERE COMMOMERATES THE 2016 WORLD POPULATION DAY
EN SAVOIR PLUS →
RESULTS OF PAN-AFRICAN POLL RELEASED ON THE DAY OF THE AFRICAN CHILD
EN SAVOIR PLUS →

ARTICLES ARCHIVÉS

FILTRER

LISTE